stèle de Marignane : la réaction de Nicolas Sarkozy

publié le 4 septembre 2005

Informée du projet de l’ADIMAD, l’Association des amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons avait, en avril 2005, demandé à ses adhérents d’interpeller les élus locaux au sujet de l’inauguration prévue à Marignane le 6 juillet d’une stèle en l’honneur des quatre fusillés de l’OAS : « élu de la République, et chargé à ce titre de promouvoir et défendre ses valeurs, il est de votre devoir de vous opposer à ces initiatives immorales dont le caractère illégitime et antirépublicain ne vous échappe pas. »

L’un des élus du département des Hauts de Seine est intervenu auprès du Ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du Territoire et en a obtenu, le 1er août, une réponse [1] se concluant en ces termes :


[...] dès l’annonce d’une inauguration solennelle de la stèle de Marignane, cérémonie au cours de laquelle des discours devaient être prononcés, j’ai demandé au Préfet de la région PACA, préfet des Bouches du Rhône, de s’opposer au déroulement de cette manifestation, en raison des risques manifestes de troubles à l’ordre public qui y étaient attachés.


Vous pouvez être assuré que je partage en tout état de cause la légitime indignation que cette affaire a pu suciter tant au sein des familles des victimes de l’OAS que parmi les gardiens de la mémoire du Général De Gaulle.


Je vous prie de croire ...

signé Nicolas Sarkozy

[1Référence CAB/CP : 35089/1.