Histoire coloniale et postcoloniale

Marignane

publié le 11 janvier 2012
hommages illégitimes à d’anciens activistes

Après Toulon, Nice, Théoule, Perpignan ... bientôt Marignane ... Peut-on laisser se multiplier les hommages à des membres d’une organisation terroriste dont le but était de renverser la République ?

 
nous demandons aux autorités publiques ...

d’interdire l’inauguration prévue à Marignane le 6 juillet 2005.

 
Appels et soutiens contre la stèle de l’ADIMAD à Marignane

contre la stèle de l’ADIMAD à Marignane

 
Claude Liauzu : « Il y a un mouvement évident de réhabilitation du colonialisme »

L’historien demande l’interdiction de l’inauguration du monument de Marignane et le gel de l’article 4 de la loi du 23 février 2005.

 
Non à la stèle de Marignane !

pour l’instant, il n’y a que dalle !

 
trou noir : Cathédrales de la peste de diBrazza

diBrazza est artiste-peintre et blogueur de haute volée

 
conférence de presse du 17 juin 2005

AFP, le Monde, Nouvel Observateur, L’Humanité, Libération

 
Jean-Claude Gaudin : ne pas rendre hommage à ceux qui ont tenté d’assassiner De Gaulle

déclaration du sénateur-maire de Marseille, lors de la commémoration, le 18 juin, de la victoire de MarignanE

 
indignation de l’association Tizi-Hibel

Tizi-Hibel, village de naissance de Mouloud Feraoun

 
ils/elles soutiennent notre demande

d’interdiction de l’inauguration de la stèle de Marignane

 
Hamlaoui Mekachera condamne le projet de stèle à la gloire de l’OAS

le préfet est prêt à en interdire l’inauguration

 
les hommages publics à l’OAS ne doivent plus être tolérés !

communiqué du comité régional PACA de la LDH

 
la FNACA proteste

elle juge « scandaleuse l’initiative » d’une stèle en hommage à l’OAS

 
Jacques Delarue : amers souvenirs du temps des assassins

et mise en garde contre une réhabilitation insidieuse de l’OAS

 
Gilles Manceron : Il souffle un vent mauvais sur notre pays !

à Marignane, le 6 juillet 2005, lors du rassemblement contre la “ stèle de la honte ”

 
Germain Latour : la mémoire qui flanche

la stèle de Marignane : outrage à des décisions de justice et apologie de crimes

 
la stèle pour l’OAS squatteuse de cimetière

l’attribution d’une parcelle par la mairie de Marignane ...

 
rejet du référé demandant la suppression de la stèle de Marignane

devant le tribunal administratif de Marseille, le 29 juillet 2005.

 
faire de la politique - tout en s’en défendant

à propos du Cercle algérianiste

 
des dirigeants de l’Adimad cités à comparaître le 13 mars à Aix-en-Provence

la République ne peut tolérer que l’on honore ceux qui ont tenté de l’abattre

 
La bataille de Marignane, 6 juillet 2005

un ouvrage de Jean-Philippe Ould Aoudia et Jean-François Gavoury, préface de Pierre Joxe

 
des nostalgiques de l’OAS au tribunal

le tribunal a mis en délibéré sa décision concernant une exception d’irrecevabilité

 
Philippe Douste-Blazy et les moments d’horreur de la colonisation

la loi du 23 février 2005, dont Philippe Douste-Blazy a été un des initiateurs, indemnise des membres de l’OAS et non leurs victimes

 
Marignane : le commissaire du gouvernement remet en cause la stèle aux “combattants de l’Algérie française”

il réclame l’annulation d’un arrêté municipal du 23 juin 2005 de la ville de Marignane autorisant l’édification dans un cimetière municipal d’une stèle leur rendant hommage

 
le Tribunal administratif condamne la ville de Marignane

et ordonne le déplacement de la stèle à la gloire de l’OAS

 
fin de partie pour la stèle de l’OAS à Marignane

elle a été enlevée du cimetière le 18 novembre 2008 en application du jugement du tribunal administratif du 7 juillet 2008

 
Après le démantèlement de la stèle OAS de Marignane

la LDH, l’ANPROMEVO, l’association Marchand-Feraoun, l’ANPNPA et le MRAP se félicitent de l’enlèvement d’une stèle qui n’a pas sa place sur le domaine public

 
la justice confirme que les stèles dédiées à l’OAS n’ont pas leur place sur le domaine public

une décision importante dans le contexte de la politique gouvernementale dans le domaine mémoriel

 
stèle de l’OAS à Marignane : le retour ?

lors de sa réunion du 27 octobre, le conseil municipal a entériné la convention avec l’Adimad qui permet le retour de la stèle au cimetière Saint-Laurent Imbert

 
Marignane entretient la mémoire partisane de l’OAS

la stèle de l’Adimad est de retour

 
stèle des nostalgiques de l’OAS : le retour

un geste politique de portée symbolique : la réinstallation sous une forme légèrement modifiée de la stèle de Marignane

 
Marignane : retour de la stèle devant le tribunal administratif

la préfecture des Bouches du Rhône défère la délibération du 27 octobre 2010 du Conseil municipal de Marignane qui a permis le retour de la stèle de l’OAS au cimetière Saint-Laurent Imbert

 
une stèle dédiée à l’OAS n’a pas sa place dans un cimetière : le Conseil d’État a tranché

la stèle de l’ADIMAD manifestait une prise de position politique et procédait à l’apologie de faits criminels pour un usage incompatible avec la destination normale d’un cimetière

 
Marignane : nouvelle procédure pour la nouvelle version de la stèle

« ces prétendus assassinats » a déclaré le conseil de l’Adimad en parlant de victimes de l’OAS