Histoire coloniale et postcoloniale

La Fondation Falco pour la mémoire de la guerre d’Algérie (2010)

publié le 28 juin 2015
Falco : “le devoir de mémoire est d’abord un devoir de vérité”

des déclarations d’Hubert Falco à l’époque où il était SEDAC

 
les historiens disent Non ! à la fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie annoncée par François Fillon

de nombreux historiens continuent à manifester leur opposition à ce projet, pour lequel une dotation en capital de 3 M € est inscrite au projet de budget 2008

 
confirmation par Hubert Falco de la création de la Fondation sur la guerre d’Algérie

une fondation à laquelle de nombreux historiens ont manifesté leur opposition

 
les “nostalgériques” auront leur fondation et les harkis des promesses verbales

les harkis seront-ils à nouveau instrumentalisés ?

 
ne confondez pas mémoire et histoire, monsieur le secrétaire d’Etat !

confusion des esprits au sujet de la Fondation pour une mémoire de la guerre d’Algérie

 
quel crédit accorder à la fondation d’Hubert Falco ?

une fondation créée par un État qui s’avère incapable de reconnaître sa propre implication dans les traumatismes engendrés par la colonisation en Algérie

 
la Fondation pour la mémoire de la Guerre d’Algérie sera installée le 19 octobre

« une fondation sous influence militaire » (Fatima Besnaci-Lancou)

 
l’activisme mémoriel d’Hubert Falco

Sylvie Thénault : « le passé colonisé par la droite dure »

 
des livres blancs des généraux à la fondation d’Hubert Falco

« The past is not dead. In fact, it’s not even past » (William Faulkner)

 
une fondation partisane et orientée

Hubert Falco a installé la Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie, des combats de Tunisie et du Maroc à l’Hôtel des Invalides

 
une fondation sous forte influence

le général de la Presle et l’historien Tramor Quemeneur confirment les inquiétudes que l’on peut avoir quant aux objectifs de cette institution

 
Arthur Paecht sera petit télégraphiste chez Alain Juppé

nommé “agent de liaison” avec le monde combattant, Arthur Paecht hérite des dossiers d’Hubert Falco, et notamment de la Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie