Histoire coloniale et postcoloniale

Le 17 octobre 1961

publié le 11 septembre 2020
le 17 octobre 1961 à Paris

« En octobre 1961, il y eut à Paris un massacre perpétré par des forces de l’ordre agissant sous les ordres de Maurice Papon. » [Jean-Luc Einaudi]

 
le 47-e anniversaire du massacre du 17 octobre 1961

des organisations appellent à un rassemblement au Pont Saint-Michel en mémoire des victimes

 
le premier qui a dit la vérité sur le massacre d’Algériens à Paris le 17 octobre 1961

le 12 février 1999, pour la première fois, un représentant de l’Etat a reconnu la réalité

 
Paris 1961 : les Algériens, la mémoire et la terreur d’Etat

loin d’être une bavure isolée, la répression de la manifestation du 17 octobre 1961 résulta d’une véritable « terreur d’Etat » mise en place par Maurice Papon qui s’inspira des expériences coloniales

 
 17 octobre 1961-17 octobre 2009 : vérité et justice

la LDH s’inquiète d’une politique de réhabilitation rampante du passé colonial français

 
dimanche 17 octobre 2010 : rassemblement là où tant de victimes furent jetées à la Seine

rassemblement à 17h, Place St Michel, pour le 49e anniversaire du massacre d’octobre 1961

 
Emmanuel Blanchard : la répression policière et administrative des Algériens de métropole (1946-1962)

comment ne pas faire le rapprochement avec le comportement actuel de l’administration, en particulier de la police, vis-à-vis des immigrés “sans-papiers” non originaires de l’UE ?

 
 17 octobre 1961 : nouveaux films, nouveaux livres

à l’occasion du cinquantenaire des massacres d’Algériens à Paris

 
Cinquantenaire du 17 octobre : appels pour la reconnaissance

un appel à signer par les individus, un autre par les organisations

 
le 17 octobre 1961 et les archives, par Jean-Luc Einaudi

de la difficulté d’accéder à certains documents ... qui ont été détruits

 
 50 ans après, le film “Octobre à Paris” de Jacques Panijel, sort en salle

le documentaire, tourné clandestinement puis censuré, qui retrace les événements tragiques du 17 octobre 1961 à Paris, sortira enfin dans nos salles le 19 octobre 2011

 
“ici on noie les Algériens, 17 octobre 1961”, film de Yasmina Adi

le film sur les massacres d’octobre 1961 à Paris sera présenté par la LDH à Toulon le 20 octobre

 
les massacres du 17 octobre 1961 vus à travers les journaux télévisés de 1996 à 1999

la relaxe dont a bénéficié Jean-Luc Einaudi en février 1999, à l’occasion du procès que Maurice Papon lui avait intenté pour diffamation, a permis d’établir la violence inouïe de la répression de la manifestation des Algériens du 17 octobre 1961

 
la lente résurgence des massacres d’Algériens en octobre 1961, dans la mémoire collective française

brève chronique de la ré-émergence des événements d’octobre 1961, souvent confondus avec ceux du métro Charonne

 
Benjamin Stora : dans les eaux glacées de la mémoire du 17 octobre 1961

la préface d’une bande dessinée de Daeninckx et Mako qui se déroule dans le cadre des massacres du 17 octobre 1961

 
“tu vas voir la France”, par Maïssa Bey

« ... voilà tu peux dire maintenant que tu as vu la France ! »

 
manifestations organisées pour le cinquantenaire des massacres d’octobre 1961

le Mrap et la LDH ont demandé la reconnaissance d’un “crime d’Etat”

 
“Fatima pour mémoire”, par Didier Daeninckx

« qu’est-ce que tu veux, elle voulait aller à la manifestation »

 
la police parisienne et les Algériens au cours des années 1958 à 1962, par Jean-Luc Einaudi

Maurice Papon : « Pour un coup reçu, nous en porterons dix »

 
le pacte du silence, par Sonia Combe

la loi du 3 janvier 1979 sur les archives et le procès Papon/Einaudi de 1999

 
 17 octobre 1961 : chèque en blanc à Maurice Papon, par Emmanuel Blanchard

les massacres d’octobre 1961 : le moment le plus tragique d’une période noire

 
la LDH de Toulon, le 17 octobre 2011 : “indignons-nous ... engageons-nous !”

prise de parole de la section de Toulon de la LDH, lors du rassemblement sur le Parvis des droits de l’Homme, le 17 octobre 2011

 
“le 17 octobre des Algériens” de Marcel & Paulette Péju, suivi de “la triple occultation d’un massacre” par Gilles Manceron

le “mensonge d’Etat” du régime gaulliste, les “silences” de la gauche et les “blocages du côté algérien”

 
Paul Rousseau : “je les voyais jeter des corps à la Seine”

le témoignage d’un ancien policier qui était en service le 17 octobre 1961, et le déni du maire de Neuilly-sur-Seine

 
les ratonnades d’octobre 61, par Michel Levine

réédition du premier livre qui, en 1985, a dévoilé l’ampleur des massacres d’Algériens en octobre 1961 à Paris

 
Gilles Manceron : “le déni de la réalité” est voué à l’échec

le massacre du 17 octobre 1961 est “le paroxysme de la violence et de l’arbitraire”

 
le détournement des travaux d’une historienne sur le massacre du 17 octobre 1961

à Nice, un groupe de nostalgiques de l’Algérie française détourne les travaux de Linda Amiri ; qu’on se le dise : d’ailleurs, à Nice, les massacres d’Algériens par la police parisienne n’existent pas

 
le 17 octobre 1961 raconté en famille

ma grand-mère et ma tante l’ont vécu ; elles s’en souviennent comme si c’était hier

 
le massacre du 17 octobre 1961 : vers une reconnaissance politique ?

la droite reste figée dans un refus de principe, alors que la gauche semble prête à une reconnaissance officielle

 
reconnaître le crime d’État du 17 octobre 1961 et permettre l’accès aux archives

Gilles Manceron explique les mécanismes qui ont contribué à l’occultation de ce massacre de la mémoire collective

 
 14 juillet 1953 : répression coloniale, place de la Nation

une répression sanglante encore mal connue

 
appel pour le 17 octobre 2012

pour le 51e anniversaire des massacres du 17 octobre 1961 à Paris

 
 17 octobre 1961 : massacre colonial à Paris

“un commandement dépassé, une police en crise ?” par Emmanuel Blanchard

 
François Hollande reconnaît la sanglante répression du 17 octobre 1961

cinquante et un ans après, une importante reconnaissance des faits

 
le Sénat reconnaît la répression du 17 octobre 1961

une demande : faciliter la recherche historique en améliorant l’accès aux archives

 
le 17 octobre 2013

poursuivre le travail politique et historique pour que la France tourne enfin la page coloniale de son histoire

 
Claude Bourdet : “est-il vrai, monsieur le préfet de police ... ?”

élu au Conseil de Paris, il interpella Maurice Papon sur la répression des manifestations d’Algériens du 17 octobre 1961

 
le 17 octobre 1961, par Sorj Chalandon

article écrit en octobre 1991 à partir du livre “La bataille de Paris” de Jean-Luc Einaudi

 
la page algérienne « chargée » de Maurice Papon

préfet de Constantine, inspecteur général pour l’Est algérien puis préfet de police de Paris...

 
“la police parisienne et les Algériens (1944-1962)”, par Emmanuel Blanchard

comment les pratiques des fonctionnaires chargés de la sécurité ont contribué à la création du « problème nord-africain »