Histoire coloniale et postcoloniale

boycott citoyen et liberté d’expression

publié le 18 décembre 2013 (modifié le 28 mai 2017)


Communiqué commun, cosigné par la LDH

Criminalisation du boycott citoyen et liberté d’expression

Une délégation composée de Catherine Tasca, sénatrice ; Gilbert Roger, sénateur ; Joëlle Huiller, députée ; Marie-France Beaufils, sénatrice ; Nicole Kiil-Nielsen, député européenne ; Monique Cerisier Ben-Guiga, sénatrice honoraire ; Jean-Claude Lefort, député honoraire ; Ozlem Yildirim, CGT, et de Pierre Tartakowsky, président de la Ligue des droits de l’Homme, a été reçue ce mardi 17 décembre, par la garde des Sceaux, ministre de la Justice, Christiane Taubira.

L’objet de la rencontre était de procéder à un échange de vues sur les poursuites et condamnations judiciaires frappant des citoyennes et citoyens ayant appelé à boycotter des produits des colonies israéliennes ou bien des produits israéliens.

Tous les participants se sont accordés sur l’idée qu’un appel au boycott ne pouvait pas être assimilé à de l’antisémitisme, mais se rapportait à la liberté d’expression.

Tous ont exprimé la même volonté de voir non seulement appliqués, mais renforcés les instruments de répression contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie.

L’ensemble des participants ont convenu, sur proposition de la ministre de la Justice, de se revoir très prochainement, pour examiner les suites à donner à cette première rencontre, et de discuter des voies et des moyens pour aller en ce sens.

Signataires : Pierre Tartakowsky, président de la Ligue des droits de l’Homme ; Ozlem Yildirim, CGT ; Jean-Claude Lefort, député honoraire.

Paris, le 18 décembre 2013

Le 18 décembre 2013, la ministre de la justice était l’invitée exceptionnelle de la rédaction de Mediapart. Parmi les sujets abordés :