Histoire coloniale et postcoloniale

Alger demande à Paris de s’excuser pour les crimes coloniaux

publié le 29 décembre 2005 (modifié le 27 juillet 2019)

ALGER [Reuters - mercredi 28 décembre 2005] - L’Algérie a demandé à la France de présenter ses excuses pour les crimes commis pendant la période coloniale, afin de favoriser l’amélioration des relations entre les deux pays.

Les deux pays tentent de normaliser leurs relations. Ils devraient prochainement signer un traité d’amitié sur le modèle du traité de réconciliation franco-allemand de 1963.

Mais l’Assemblée nationale française a voté en février une loi évoquant « le rôle positif » de la colonisation, texte qu’Alger considère comme un obstacle à la normalisation des relations entre les deux pays.

« Nous sommes favorables à l’établissement de relations privilégiées entre les Algériens et les Français. Mais ces relations ne doivent pas se construire au détriment de la mémoire algérienne », a déclaré à la radio Abdelaziz Belkhadem, un conseiller du président Abdelaziz Bouteflika.

« On ne doit pas falsifier l’histoire en disant que le colonialisme a eu des côtés positifs. Le colonialisme, c’est la destruction. »

« La France, avec laquelle nous souhaitons établir de bonnes relations, doit présenter ses excuses pour les crimes commis contre les Algériens. »

L’Algérie affirme que les autorités françaises ont tué 45 000 Algériens descendus dans les rues pour demander l’indépendance le 8 mai 1945, tandis que l’Europe fêtait la capitulation nazie.

De nombreux hommes politiques algériens ont employé le terme de génocide pour caractériser les événements du 8 mai 1945 et demandent à ce titre des compensations.

Les forces françaises avaient lancé des raids aériens et terrestres contre plusieurs villes de l’est de l’Algérie en réponse à des manifestations qui avaient fait une centaine de morts côté européen.

Les historiens européens chiffrent le nombre de victimes de ces opérations à 15 000 ou 20 000 morts.