La section de Toulon de la LDH refuse de participer au débat sur l’“identité nationale”

publié le 28 novembre 2009 (modifié le 2 juin 2019)

Lettre ouverte de section de Toulon de la Ligue des droits de l’Homme,
adressée à Monsieur le Préfet du Var



Toulon, le 20 novembre 2009

Monsieur le Préfet,

Le ministre de l’Immigration et de l’identité nationale convie tous les citoyens à un débat sur l’identité nationale pour répondre à la question : « Qu’est-ce qu’être Français ? » Ce débat aura lieu dans toutes les préfectures.

Nous vous informons que la section de Toulon de la Ligue des droits de l’Homme ne participera pas à ce faux débat qui a, entre autres, comme but de cristalliser les peurs et le repli sur soi nationalistes à des fins électoralistes.

Prônant des valeurs démocratiques, elle ignore cet appel. Définir officiellement ce qu’est l’identité nationale conduirait à penser qu’il n’y a qu’une seule façon d’être français.

Prônant des valeurs d’accueil et de tolérance, elle ne peut participer à un débat pouvant conduire à stigmatiser une partie de la population (les étrangers, les immigrés, les Français d’origine étrangère).

Car, pour nous comme pour l’Association française des anthropologues, « lorsque l’Etat s’empare du thème de l’identité nationale, c’est partout une incitation directe au mieux à la xénophobie, au pire à des violences entre groupes d’origines différentes. » [1]

Nous vous prions, Monsieur le Préfet, de croire en l’assurance de nos respectueuses salutations.

La section de Toulon de la LDH


[1Association française des anthropologues : communiqué du 31 mai 2007 à propos de l’instauration d’un ministère « de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du co-développement » .