la Fondation Charles de Gaulle demande l’interdiction ...

publié le 20 juin 2005 (modifié le 22 juin 2005)

Une stèle pour l’OAS crée la polémique  [1]

La Fondation Charles de Gaulle, la Ligue des droits de l’Homme, le MRAP, le président de la région PACA Michel Vauzelle (PS), tous dénoncent l’inauguration prévue le 6 juillet d’une stèle à la mémoire d’anciens membres de l’Organisation armée secrète, qui sema la terreur pendant la guerre d’Algérie. Daniel Simonpieri, maire de la ville, est un ancien du FN recyclé par l’UMP.

La Fondation Charles de Gaulle, présidée par Yves Guéna, a protesté lundi 20 juin contre la prochaine inauguration, à Marignane, d’une stèle à la mémoire d’anciens membres de l’OAS, en dénonçant « une offense au général de Gaulle » et « une atteinte à la République ».

Le maire de Marignane (Bouches-du-Rhône), Daniel Simonpieri, fut un proche de Bruno Mégret et Marignane fut l’une des seules villes jamais détenues par le Front national. Daniel Simonpieri a depuis rejoint le groupe UMP-UDF au conseil général.

« Nous nous sentons tenus, alors que s’approche la date de cette initiative, d’en appeler à l’opinion publique et aux plus hautes autorités de l’Etat », ajoute la Fondation dans un communiqué. La stèle doit être dévoilée le 6 juillet à Marignane dans le nouveau cimetière de la ville.

Selon la Fondation Charles de Gaulle, « un tel geste, s’il était accompli, serait non seulement une offense au général de Gaulle, président de la République, lui-même cible des assassins de l’OAS (organisation armée secrète), mais aussi une atteinte à la République et à la France ».

« De nature à troubler l’ordre public »

De son côté, la Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes, a demandé au ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy d’interdire cette inauguration qui est, selon elle, « en totale contradiction avec les valeurs humanistes de la France » et « de nature à troubler l’ordre public ».

Dans une lettre au ministre, la Fédération des déportés ajoute que « quelle que soit l’opinion de chacun sur la guerre d’Algérie, une vérité historique est incontournable : les gens de l’OAS ont tué sans discernement, aussi bien en Algérie qu’en France ».
Plusieurs associations ont déjà manifesté leur opposition à cette stèle, notamment la Ligue des Droits de l’Homme, le MRAP et la FSU. Le président de la région Provence-Alpes-Cote d’Azur, Michel Vauzelle (PS) a demandé vendredi au préfet de région d’interdire l’inauguration.

« L’inspiration raciste, xénophobe et anti républicaine de cette manifestation ne vise à rien d’autre qu’à semer des germes de haine et de division dans une région où le Front national reste une menace », a souligné Michel Vauzelle dans un communiqué.