1881-1944

publié le 22 juin 2016
Le regard colonial de l’École psychiatrique d’Alger

Les schémas psychiatriques coloniaux ne continuent-ils pas à modeler notre rapport aux personnes originaires du Maghreb ?

 
Le code de l’indigénat dans l’Algérie coloniale

jamais la distance n’a été aussi grande entre les mots du discours républicain et sa pratique

 
Un code pour les indigènes

le redécouvrir fait scandale : la justice n’était pas la même pour les « indigènes »

 
La psychiatrie coloniale au service des théories raciales : un texte d’Antoine Porot

le regard du docteur Porot, psychiatre colonial, sur l’indigène

 
L’Algérie révélée, par Gilbert Meynier

réédition d’un travail capital sur l’Algérie à l’époque de la première guerre mondiale

 
L’oeuvre de la France en Algérie

« Nos pères ont transformé une solitude sauvage en un glorieux empire ... », Augustin Bernard (1930).

 
Misère de la Kabylie

un reportage d’Albert Camus en juin 1939

 
Le colonialisme n’est pas une histoire anecdotique de coup d’éventail

par Ahmed Akkache, ancien secrétaire du parti communiste algérien

 
Les juifs de l’Algérie coloniale

par Gilles Manceron et Hassan Remaoun d’une part, Benjamin Stora d’autre part

 
La colonisation française en Algérie vue par les colonisés à travers une lecture du Manifeste de mars 1943

un témoignage qui permet de comprendre pourquoi l’opinion algérienne a pu être choquée par la loi française du 23 février 2005

 
Modèle républicain de la citoyenneté et exception coloniale, par Laure Blévis

conforter l’occupation française en Algérie par un ordre juridique rigoureux et cohérent afin de masquer la violence de la conquête

 
1930 : centenaire de la « libération » de l’Algérie

Une image d’Epinal et une affiche datant de 1930.

 
Une cascade de mépris

par Hassan Remaoun et Gilles Manceron

 
Jules Roy : je suis né le 22 octobre 1907, à 30 kilomètres au sud d’Alger

le témoignage de Jules Roy en 1960, après un retour dans son pays natal